Page d'accueil > AROMATHERAPIE > Enrouement, extinction : quand la voix s’en va…

Enrouement, extinction : quand la voix s’en va…

Qu’est ce que la dysphonie ?

Enrouement, voix « cassée », extinction de voix sont les signes d’une dysphonie, dont les causes sont multiples, une des plus fréquentes étant l’inflammation du larynx, ou laryngite, en général d’origine virale. Cet organe situé à la base de la gorge participe à la déglutition, en évitant les fausses routes, ainsi qu’à la respiration et la parole à l’aide des cordes vocales.

Le tabagisme, un reflux gastro-oesophagien, une allergie respiratoire, une émotion forte… ou plus simplement un surmenage des cordes vocales peuvent aussi provoquer un dysfonctionnement de l’appareil phonatoire. Toujours inconfortable, parfois très douloureuse, cette dysphonie peut être invalidante, notamment pour les professionnels de la voix. Elle nécessite une consultation médicale, surtout chez les enfants, et si elle se manifeste de façon brutale ou si elle perdure dans le temps.

 Conseils d’expert pour lutter contre la dysphonie

Il est important dans ce contexte de bien hydrater la gorge à l’aide de boissons chaudes, sous forme de tisanes ou gargarismes, éventuellement additionnées de miel.

Conseils d’expert pour lutter contre la dysphonie avec des huiles essentiellesEn aromathérapie, on pourra retenir deux huiles essentielles : celle de Cyprès pour ses propriétés décongestionnantes et antitussives et celle de Camomille romaine pour ses vertus anti-inflammatoires, antalgiques puissantes et antispasmodiques.

 

Comment les utiliser ?

Réaliser le mélange suivant dans un flacon en verre teinté de 10 ml avec codigoutte, puis en mettre 2 gouttes dans une petite cuillère de miel, 4 à 6 fois dans la journée. A laisser fondre en bouche, puis à compléter si besoin avec un verre d’eau bien chaude.

Si l’huile essentielle de Cyprès est contre-indiquée, le même mélange peut être réalisé avec l’huile essentielle de Thym à thujanol, Thymus vulgaris CT thujanol.

Précautions d’emploi :

HE Camomille romaine : déconseillée au 1er trimestre de la grossesse et chez le nourrisson. Pas de voie orale < 6 ans.
HE Cyprès : contre-indiquée chez la femme enceinte et allaitante, chez l’enfant < 6 ans. Présente des propriétés hormon-like, déconseillée en cas de mastose et de pathologie hormonodépendante.
HE Thym à thujanol : déconseillée au 1er trimestre de la grossesse et chez l’enfant < 3 ans.

Bien respecter pour chaque huile essentielle les modes d’utilisation et dosages selon les tranches d’âges.
Marie-Amélie de Bernouis – Docteur en Pharmacie & aromatologue

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
error

Vous aimez notre blog ? Faites le savoir !

Pinterest