Page d'accueil > SANTE PUBLIQUE > Vaccins contre la Covid-19 : un point d’actualité

Vaccins contre la Covid-19 : un point d’actualité

Dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid-19 qui touche la France et la planète depuis plusieurs mois, la Haute Autorité de Santé vient de publier ses recommandations concernant la priorisation des populations à vacciner.

Un petit point linguistique avant tout

  • Covid-19 est un acronyme d’origine anglaise qui signifie : « coronavirus disease 2019 », et qui désigne la maladie que provoque le coronavirus 2019.
  • Le virus responsable est le SARS-CoV-2, un acronyme anglais qui signifie : « severe acute respiratory syndrome coronavirus 2 » ou en français : « coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère ».

Qu’est-ce que le SARS-CoV-2 ? Comment il se développe ?

Il s’agit d’un virus, c’est-à-dire un agent infectieux qui a nécessairement besoin d’un hôte, souvent une cellule pour se reproduire. Il détourne alors toute l’activité cellulaire à son profit. Le SARS-Cov-2 est un virus constitué d’une coque de protéines (capside), qui renferme le matériel génétique du virus (ARN). Cette capside est elle-même entourée d’une double couche de lipides, une enveloppe avec des protéines à sa surface. Il s’agit donc d’un virus à ARN enveloppé.

Au contact de la cellule, la bicouche du virus fusionne avec la membrane de la cellule : l’ARN viral est alors directement pris en charge par la machinerie cellulaire qui va fabriquer les différentes protéines virales qui vont permettre la réplication en grand nombre de cet ARN viral.

Qu’est-ce qu’un vaccin ?

Qu'est ce qu'un vaccin ?

Dans le cadre d’une maladie virale, la prévention est primordiale.

On doit avant tout se protéger : c’est ce que l’on fait déjà au quotidien, en portant un masque et en se nettoyant les mains le plus souvent possible pour limiter la transmission du virus par l’air et par contact.

Le vaccin fait également partie de la stratégie de prévention : il a pour but de stimuler les défenses immunitaires vis-à-vis d’un agent infectieux spécifique, en exposant volontairement à cet agent sous une forme atténuée ou inactivée, ou à l’un de ses composants appelé antigène (le plus souvent une protéine). Le système immunitaire est alors prêt pour une infection potentielle future à ce virus.

Les candidats vaccins

Plusieurs laboratoires pharmaceutiques se sont lancés dans le développement d’un vaccin, utilisant différentes stratégies thérapeutiques.

 

Selon la liste de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), 48 vaccins sont en cours de développement clinique (études chez l’homme). Certains utilisent le virus inactivé, d’autres reposent sur des approches biotechnologiques et consistent à injecter soit :

  • une protéine du virus (antigène)
  • des particules pseudo-virales = la capside sans l’ARN
  • l’ADN ou l’ARN codant l’antigène : le matériel génétique viral est introduit dans les cellules de la personne vaccinée.

Selon les vaccins, 1 ou 2 doses sont préconisées. Avant d’être utilisés, les données de sécurité et d’efficacité des candidats vaccins doivent être évaluées par les Autorités de santé (EMA – European Medicines Agency – en Europe). Exceptionnellement, il s’agit d’une procédure accélérée dite d’examen continu.

Certains vaccins ont déjà été homologués et sont utilisés en Chine (sous forme de virus inactivé) et en Russie (Sputnik V). Des autorisations sont attendues très prochainement aux Etats-Unis et en Europe, pour les vaccins suivants :

  • Pfizer/BioNTech (vaccin issu de biotechnologie) a déposé une demande d’autorisation de son vaccin en Europe le 1er décembre.
  • Moderna (vaccin issu de biotechnologie) a également déposé une demande d’autorisation conditionnelle de son vaccin aux États-Unis et en Europe.
  • AstraZeneca : une étude supplémentaire doit être menée.

Si les Autorités de Santé valident l’un et ou l’autre de ces vaccins, les premières doses pourraient être disponibles dès la fin de l’année. Certains points pourront être limitants comme le nombre de doses disponibles ainsi que la logistique nécessaire (conservation à très basse température). Des questions demeurent : combien de temps durera la protection ? quels seront les effets secondaires à long terme ? si on a déjà contracté la covid-19, doit-on se vacciner ?

La stratégie de vaccination

La stratégie de priorisation élaborée par la Haute Autorité de Santé répond à 2 objectifs :

  • réduire les hospitalisations et les décès, et
  • maintenir les activités essentielles du pays, notamment celles du système de santé pendant l’épidémie.

Deux critères individuels principaux ont été pris en compte par la HAS :

  • le risque de faire une forme grave de la Covid-19 et
  • le risque d’exposition au virus.

1ère phase à l’arrivée des toutes premières doses

  • Personnes âgées prises en charge dans les Ehpad
  • Les personnels exerçant dans ces établissements

2e phase

  • Les plus de 65 ans
  • Les professionnels de santé

3e phase

  • Professionnels de secteurs essentiels
  • Les plus de 50 ans présentant des comorbidités

4e phase 

  • Toutes les personnes vulnérables et à risque

5e phase 

  • Si besoin et si possible, les plus de 18 ans

La HAS ne préconise pas, à ce stade, de rendre obligatoire la vaccination contre la Covid-19.

 

Références

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
error

Vous aimez notre blog ? Faites le savoir !

Pinterest