Page d'accueil > AROMATHERAPIE > Baisse de moral : pensez aromathérapie !

Baisse de moral : pensez aromathérapie !

Baisse de moral, manque d’entrain, tristesse, parfois accompagnés d’une perte d’appétit, de troubles du sommeil ou d’anxiété.

Tous ces signes peuvent être révélateur d’un état dépressif. Si un « coup de blues » passager n’a rien d’anormal, en revanche lorsqu’il perdure, il est nécessaire de consulter un professionnel de santé pour être accompagné au mieux. Maintenir une activité physique, avoir une alimentation saine, rester en lien avec son entourage et le monde extérieur… et savoir demander de l’aide si nécessaire, contribue à une bonne stabilité intérieure.

Les huiles essentielles sont particulièrement intéressantes dans ce type de contexte. En effet, étant composées uniquement de molécules aromatiques, naturellement odorantes et volatiles, elles agissent directement au niveau émotionnel dès lors qu’on les respire. Il est important de les choisir pour le plaisir, la joie et le réconfort qu’elles apportent.

 

Baisse de moral, manque d’entrain, tristesse, parfois accompagnés d’une perte d’appétit, de troubles du sommeil ou d’anxiété.
Avez-vous songé aux huiles essentielles en cas de baisse de moral ?

Lesquelles retenir et comment les utiliser ?

L’huile essentielle de Néroli, obtenue à partir de fleurs d’orangers, offre des notes suaves, gourmandes et enveloppantes. Elle régule le système nerveux, chasse les idées sombres et apporte un grand réconfort.

La Marjolaine à coquilles est un origan, dont l’huile essentielle est chaude et légèrement épicée. Rééquilibrante nerveuse et tonifiante, à la fois apaisante et stimulante, elle redonne l’envie d’entreprendre.

L’huile essentielle de Bois de Rose, aux notes florales et délicates, dissout la tristesse, calme l’anxiété, aide à dépasser ses peurs et à prendre soin de soi.

Le geste simple : ponctuellement, choisir l’une de ces trois huiles essentielles selon sa préférence olfactive, puis en appliquer 1 à 2 gouttes sur les poignets dès que nécessaire (mélancolie, anxiété, fatigue nerveuse…) et en respirer profondément les effluves. Geste à reconduire 3 à 4 fois dans la journée selon le ressenti.

OU

La synergie complète : il est possible également de les associer et d’utiliser alors le mélange ainsi obtenu.

 

Mode d’utilisation : dans un flacon avec codigoutte en verre teinté de 10 ml (ou dans un roll-on de même contenance), déposer les huiles essentielles selon les quantités indiquées et compléter avec l’huile végétale de noyau d’Abricot. Puis, faire pénétrer quelques gouttes du mélange sur la face interne des poignets et/ou le plexus solaire, 2 à 3 fois par jour, 5 jours /7, selon les besoins. A inspirer 4 à 5 fois, après chaque application.

 

Le geste complémentaire : diffuser régulièrement des essences d’agrumes, notamment de BergamoteSes notes acidulées et fruitées sont pétillantes et offrent un moment de détente.

 

Précautions d’emploi :

Ess. Bergamote : déconseillée au 1er trimestre de la grossesse, chez la femme allaitante et l’enfant de moins de 7 ans. Irritante à l’état pur, toujours la diluer. Essence photosensibilisante, pas d’utilisation par voie cutanée en période d’exposition au soleil.

HE Bois de Rose, HE Néroli : déconseillées au 1er trimestre de la grossesse et chez le nourrisson.

HE Marjolaine à coquilles : déconseillée chez les femmes enceintes et allaitantes, l’enfant < 6 ans et les sujets épileptiques. Prudence chez le sujet asthmatique (éviter diffusion et inhalation).

 Marie-Amélie de Bernouis – Docteur en Pharmacie & aromatologue

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
error

Vous aimez notre blog ? Faites le savoir !

Pinterest