Page d'accueil > CONSEILS HOMEO > Chamomilla vulgaris : l’anti-douleur

Chamomilla vulgaris : l’anti-douleur

Chamomilla vulgaris ou le remède homéopathique de la douleur.

Réputée et appréciée pour ses vertus analgésiques, Chamomilla vulgaris ou camomille allemande est par définition le remède homéopathique de la douleur. Il présente en outre l’avantage d’agir rapidement. La souche est indiquée pour les douleurs spasmodiques comme névralgiques. Le médicament est préparé à partir de la teinture mère de la plante entière.

Chamomilla vulgaris ou le remède homéopathique de la douleur.La camomille allemande est une plante médicinale utilisée depuis l’Antiquité. Elle est différente de la camomille romaine.

Chamomilla vulgaris est d’une aide précieuse dans les cas suivants :

  • Pour les jeunes enfants lors de poussées dentaires, de troubles du sanglot et du sommeil.
  • En cas de fièvre provoquée par les poussées dentaires,
  • Chez le jeune sujet présentant des troubles caractériels:  enfant hypersensible, irritable, nerveux quand il a mal, ne se calme que porté dans les bras ou bercé en voiture
  • Egalement, chez l’adulte facilement irritable, nerveux et hypersensible à la douleur. On reconnaît l’individu qui pousse de fortes colères avec parfois de l’agressivité, alors qu’habituellement il est plutôt calme.

Posologie recommandée :

En cas de douleurs lors des poussées dentaires : Chamomilla vulgaris 15 CH : 5 granules tous les 15 à 30 minutes au moment des pics de douleurs, puis espacer les prises au fur et à mesure des améliorations. Traitement à renouveler à chaque épisode de douleur.

En cas de fièvre : Chamomilla vulgaris 9 CH : 5 granules matin, midi, et soir pendant 2 jours.

En cas de troubles du comportement : Chamomilla vulgaris 15 CH : 5 granules par jour pendant 15 jours, puis 5 granules 1 jour sur 2 pendant 1 mois, puis 1 dose chaque dimanche pendant 2 mois.

Ce médicament homéopathique est à prendre en dehors des repas, du tabac, du café ou encore de la menthe. Les granules et les doses sont à laisser fondre sous la langue. Chez les nourrissons, ces formes peuvent être dissoutes dans un peu d’eau

Découvrez les secrets des souches homéopathiques dans notre série L’homéopathie de A à Z.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *