Page d'accueil > ACTU SANTE > Pourquoi les Français se soignent avec de l’homéopathie ?

Pourquoi les Français se soignent avec de l’homéopathie ?

Le rapport bénéfice / risque de l’homéopathie

Faisons d’abord un petit tour sur le mode d’action de l’homéopathie. Son principe a été posé il y a deux cent ans par le Dr Hahnemann. Traiter la maladie par leurs semblables, soit traiter le mal par le mal. L’homéopathie aiderait le corps à se guérir lui-même, en se basant sur l’origine des symptômes plutôt que le symptôme lui-même.

Se soigner avec l'homéopathiePlus un petit détour sur l’effet placébo : un placébo est un traitement sans substance active. L’effet placébo est que ce traitement va tout de même guérir le patient de son symptôme. L’effet placébo est démontré par des études cliniques. 30% des médicaments ont un effet placébo. Un médecin ou un pharmacien aura un effet placébo. Juste le fait d’aller le voir et de parler soulage les symptômes. Donc, oui notre corps peut se guérir lui-même, et également se rendre malade, c’est l’effet psychosomatique. Et à ce niveau, il y a encore beaucoup à apprendre sur le fonctionnement physiologique et chimique de notre organisme. Alors maintenant, utilisons notre bon sens !

Revenons à notre crise d’Herpès.

Comparons les traitements. Le patient aura une prescription d’un antiviral, exemple d’Aciclovir, 5 comprimés par jour pendant 5 à 10 jours pour la crise. Puis en préventif, 2 comprimés par jour pendant plusieurs mois. 6 boites avec 3 mois de traitement préventif : 57,54 euros + consultation médecin. Soit une prescription ou le conseil d’un pharmacien : Un tube de vaccinotoximum 9 CH, 10 granules pendant 3 jours, puis 1 dose par semaine pendant 3 mois. Coût avec 3 mois de traitement préventif : 29,80 euros.

Et faisons-nous l’avocat du diable !

Si nous ne devions compter que sur un effet placébo, 30% minimum seraient soulagé de leur crise d’Herpès, avec 50% d’économie pour la sécurité sociale et Zero risque d’effet iatrogène.

Dans un contexte de « scandales » répétés sur les médicaments, une sur-médication non résolue chez les personnes âgées, un véritable problème de santé publique de iatrogénie des médicaments, des questions fondamentales sur le financement des thérapies innovantes, on va limiter l’accès à l’homéopathie à une partie de la population. Un traitement au moins aussi efficace qu’un placébo et sans risque iatrogène. Qui aurait idée de dérembourser le vaccin contre la grippe, même s’il n’est efficace qu’à 50% ? Dans un contexte social de plus en plus difficile, nombre de français ne pourront pas, financièrement, choisir ce type de traitement. Le pari est lancé ? Doit-on miser sur le fait que les adeptes de l’homéopathie choisiront de ne rien prendre à la place ?

Pourquoi les Français se soignent avec de l’homéopathie ?

  • Ils savent que le mal qu’ils veulent soigner n’est pas vital, et nul besoin pour se soulager de risquer un effet secondaire.
  • Beaucoup sont souvent « un profil écolo ». Ils choisissent un produit non agressif pour leur corps tout comme ils font attention à leur alimentation et leur hygiène de vie. Il existe une « culture homeo ».
  • Les Français n’ont pas le choix. Polymédicamentés, aucun autre traitement ne peut être proposé.
  • Patiente enceinte et enfants à l’arsenal thérapeutique restreint.
  • Ils sont satisfaits du résultat. Disons même que cela est la base. Qui prendrait un traitement qui ne marche pas ? Pensez-vous que la Cocculine, spécialité de chez Boiron contre le mal des transports, serait encore sur les rayons de nos pharmacies si cela ne marchait pas, après tant d’années de commercialisation ? Qu’a-t-on fait de la parole du patient expert de sa maladie ou son traitement dans ce dossier ? Quid de la démocratie sanitaire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *