Arrêt du tabac et hypnose

arrêt du tabac par l'homeopathie

Arrêt du tabac, à l’occasion de la journée mondiale sans tabac (OMS – 31 mai) le Docteur COESTER vous propose de vous présenter les différentes « béquilles » pour y parvenir.

 


Le Docteur Denys COESTER est médecin anesthésiste – réanimateur et hypnothérapeute basé à Paris 16. Diplômé depuis 2003, il a commencé à s’intéresser à l’hypnose au début de son internat en 1998. Titulaire d’un diplôme universitaire d’hypnose médicale, il se forme à la médecine anti-âge. Il est également chargé d’enseignement à l’Association Française de Nouvelle Hypnose et au Diplôme Universitaire Européen d’Hypnose (Université Miguel De Cervantes en Espagne).

Généralités sur le tabac

Initialement réservé à la « haute société », son usage à été démocratisé au début du XXe Siècle. Récompense donnée aux soldats, son image virile est encore très marquée. La recherche d’une égalité des sexes a poussé les femmes à consommer elles aussi jusqu’à rattraper l’usage masculin.
Depuis de nombreuses années, les risques du tabagisme sont connus et les pouvoirs publics prennent leurs dispositions dans ce problème majeur de santé de la population à travers diverses lois (ex Loi Evin) et campagnes de prévention… le président Macron a pour projet que la prochaine génération soit la première sans tabac.

Risques du tabac

Les risques sont bien connus et nombreux :

  • Maladies cardiaques, vasculaires avec risques d’artérite, d’infarctus,
  • Maladies respiratoires avec risques de cancer du poumon, cancer de la gorge, de bronchite chronique…
  • L’aggravation de diverses maladies comme le reflux gastro œsophagien,
  • Des problèmes sexuels comme l’impuissance,
  • Des problèmes de fécondité,
  • Le tabagisme passif entraîne des risques pour l’entourage surtout les enfants.

Bénéficies de l’arrêt

Rapidement après l’arrêt du tabac, le fumeur constate que sa respiration, son odorat, son goût s’améliorent.
Au bout d’un an le risque d’infarctus diminué de 50%, au bout de cinq ans le risque de cancer diminué de 50% !

Il n’est jamais trop tard pour arrêter !!!

Moyens médicamenteux d’arrêt

Il y a de nombreux moyens médicamenteux d’aide au sevrage tabagique. Les plus connus sont les substituts nicotiniques sous forme de patchs, de chewing-gums, de cigarettes électroniques…. Il s’agit de continuer la prise de nicotine en diminuant progressivement la dose. Il existe également deux traitements médicamenteux efficaces mais qui ont des effets secondaires: le Zyban® et le Champix®.

Moyens non médicamenteux

De nombreux fumeurs, ne souhaitant pas continuer à prendre de la nicotine ou ne supportant pas les médicaments ou ayant connus un échec de ces procédés classiques, se tournent vers les  médecines dites alternatives ou douces ou parallèles telles l’acupuncture, ou l’auriculothérapie. Ces méthodes sont efficaces chez certaines personnes.

L’homéopathie apporte aussi une aide. Outre la prise en charge du terrain, des remèdes tels le Tabacum ou le Lobelia inflata peuvent aider au sevrage.

L’hypnose, très à la mode en ce moment grâce à des spectacles ou des émissions de télévision, est intéressante car contrairement aux autres méthodes, elle s’intéresse à la dépendance psychologique du fumeur.

À côté des médicaments et autres substances industrielles, il existe des produits de phytothérapie tels la valériane ou la griffonia qui sont des substances naturelles favorisant le sevrage.

  • Le griffonia ( Griffonia simplicifolia ), a une action sur la nervosité car elle contient un précurseur de la sérotonine (le 5 HTP).
  • La valériane ( Valériana officinalis ) est une plante calmant la nervosité.
  • De même des oligo-éléments comme le magnésium ou des vitamines et minéraux peuvent avoir leur place.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *